Archives de l’auteur : legrizzlivert

« Happiness », drame social au coeur de Hong Kong

La critique hongkongaise l’a qualifié de « version grunge » du film « Une vie simple » de Ann Hui (avec Andy Lau, sorti en France en mai 2013). Il est vrai que la comparaison est inévitable entre ces deux histoires. Un jeune homme, une femme âgée … aucun lien filial ne les lie, et pourtant chacun a besoin de l’autre, à un moment donné de sa vie. Les destins de chacun basculent au moment où l’un des deux devient dépendant, à cause de l’âge et de la maladie. Le film, tout en émotions et non dépourvu d’humour, sous-entend que le plus dépendant n’est peut-être pas celle qu’on croit.

Hong Kong, ville ultra moderne, dure et éreintante, abrite dans ses ruelles, ce genres d’histoires et inspire au cinéma ces films intimistes qui passent rarement la frontière, tant ils sont liés de façon quasiment organique à l’urbanité hongkongaise.

Appartements petits autant que chers, voire inaccessibles pour beaucoup, solitudes nées de la modernité, des accidents de la vie, du chacun pour soi … telles que les grandes villes en regorgent. A Hong Kong il est courant de partager son logis, de sous-louer une chambre libre dans son appartement, même si celui-ci est déjà bien étroit. C’est dans ce contexte d’une certaine détresse personnelle, que l’histoire de Fanny et Yuk est racontée dans le film au titre timidement joyeux, « Happiness » (bonheur).

Qualifié de l’un des meilleurs films de l’île sur l’année 2016, « Happiness », réalisé par Andy Lo Yiu-fai, a également permis à l’actrice principale Kara Wai de remporter deux prix de la Meilleure Actrice dans les principaux festivals d’Asie.

Elle y joue le rôle de Auntie Fanny (tante Fanny), une vieille dame vivant seule. Un jour son destin croise celui du jeune Yuk, déboussolé dans les rues de Hong Kong, où il espère retrouver son père qui l’a abandonné, lui et sa mère quelques années plus tôt à Canton. Mais il découvre que celui-ci l’a exclu de sa vie, et ne compte pas renouer avec son fils. Le choc est brutal, Yuk, gonflé de tristesse et de colère, accumule les problèmes et s’enferme dans l’égoïsme.

Sa rencontre improbable avec Fanny va changer le cours de sa vie, au moment où celle-ci lui propose de lui sous-louer une chambre. Cette co-habitation de deux êtres qui sont de parfaits inconnus l’un pour l’autre, où chacun y trouve son compte, va peu à peu se concentrer sur le gouffre au bord duquel Fanny se trouve, sur ses premiers signes de la maladie d’Alzheimer.

Dans un jeu de bascule du rôle principal qui ne cessera qu’à la fin du film, Yuk et Fanny donnent à l’autre autant qu’ils prennent. Et c’est là toute l’histoire de Happiness, la responsabilité que nous avons envers ceux qui nous entourent lorsqu’ils ont besoin de nous, mais aussi le soutien que ceux-ci nous apportent dans notre propre détresse.

Comme le dit Yuk à un ami, « Que quelqu’un soit bon ou pas avec toi, ce qui compte c’est combien il s’inquiète pour toi. »

A voir à la Librairie de Sarrant le dimanche 2 juillet à 18h, entrée gratuite dans la limite des places disponibles. En cantonais, sous-titres anglais. 

 

 

 

Atelier « Hong Kong cinema » 1er & 2 juillet à Sarrant

Dans le cadre de l’exposition Hong Kong cinema venez vous initier au photocollage en 3 dimensions et explorer quelques lieux représentatifs du cinéma de Hong Kong.
4 heures d’atelier en 2 sessions, dans l’ambiance décontractée, joyeuse de la Librairie de Sarrant !

Inscrivez-vous, il n’y a que 6 places, atelier réservé à l’adulte, 35€ les 4 heures : 
Samedi 1er juillet, l’atelier aura lieu juste après le film, à 17h30. Durée 1H30.
Dimanche 2 juillet, l’atelier aura lieu avant le film, à 14h30. Durée 2H30.

Inscription : legrizzlivert at gmail point com

BRUCELEE4

Rex Koo (Hong Kong cinema, du 30 juin au 18 juillet 2017)

SelfPortraitNé en 1977 à Hong Kong, Rex KOO a fait ses études de design graphique à Manchester en Angleterre. Passionné de typographie il a longtemps travaillé comme graphiste pour différentes agences et a notamment participé à la création de l’affiche du film In The Mood for Love.

Mais Rex KOO est aussi un artiste puriste qui chérie le travail manuel, celui qui prend du temps et replace l’homme dans le concret, loin des écrans.

L’écran, il le réserve au cinéma, dont il est féru. Particulièrement celui de son île, Hong Kong. L’oeil critique sur les mutations subies depuis la rétrocession, notamment par l’industrie du cinéma hongkongaise, il revoit avec nostalgie ses films préférés, ceux d’avant 1997. Il en tire son inspiration pour un travail riche de dessins en couleurs tracés aux feutres aquarelle. Il poste ses illustrations sur une page Facebook intitulée « Rex Koo sometimes feels so blue » (Rex Koo a tellement le blues parfois). Ce travail personnel, qui a déjà donné lieu à trois publications, est une collection d’arrêts sur image de grands classiques du cinéma hongkongais des années 80 et 90, la belle époque qui a vu éclore les stars comme les auteurs et les grands réalisateurs.

L’époque des films de gangsters, ceux qui ont remplacé les poings du kung-fu par les automatiques, un dans chaque main (Le Syndicat du Crime, Une balle dans la tête, The Killer… de John Woo). Mais aussi celle des farces de Stephen Chow où violence extrême et humour paillard s’entremêlent avec la fluidité du mo lei tau, cette forme d’humour née à Hong Kong à la fin du 20ème siècle, et qui joue avec les effets de surprise, les incongruités, les anachronismes délibérés. Le mo lei tau et son irrévérence poussée à l’extrême, son anarchisme joyeux. Et bien sûr la magnifique vague des grands auteurs de films intimistes, Wong Kar-Wai (In the Mood for Love, Happy Together, Nos années sauvages …) et Stanley Kwan (Rouge, Center Stage …)

Autant de chefs d’oeuvre incontournables qui continuent d’inspirer au-delà de Hong Kong, et que vous reconnaîtrez dans les dessins de Rex KOO.

Portfolio : http://www.rex-air.net/

inkchachalogo_2016
Merci à Print Studio Ink’Chacha
de sponsoriser Rex Koo
pour notre exposition !

 
Quelques vidéos :